LA GRANDE ÉPOPÉE

Est-il possible que la Terre entre peu à peu dans une autre dimension et qu’il soit devenu normal pour certains humains d’être en contact maintenant avec une intelligence extra-terrestre au sens large du terme, qu'il s'agisse d'un contact sensoriel, d'un ressenti corporel ou d'une communication, d'un échange par la conscience (télépathie, perceptions extra-sensorielles, locutions intérieures, etc...), pendant que les masses, devenues arriérées de ce point de vue-là, par rapport à ces « privilégiés », se conduisent sur ce sujet comme des analphabètes ?
Cela expliquerait que Jean-Claude Juncker parle des extraterrestres devant le Parlement européen pendant que ses membres ne s’y sont jamais intéressés !
Est-il possible que des extra-terrestres sachent se servir de cette autre dimension de contact avec nous au point qu’ils aident quelques-uns à les filmer, eux et leurs vaisseaux, pendant que le reste de la population mondiale n’a pas envie de se tenir au courant ?
Cela expliquerait ce déluge de vidéos les montrant sur le web alors que l’on n’en parle pas aux actualités.
C’est ainsi qu’une partie des gens rit bêtement dès qu’on aborde cette question, que d’autres y sont confrontés plus ou moins dramatiquement ou y nagent comme un poisson dans l’eau… mais sans trop l’avouer, conscients d’une différence qui a toujours suscité des réactions négatives dans l’environnement.
D’où le SECRET qui intrigue tant.
La Terre est-elle structurée de cette manière depuis l’aube des temps ou sommes-nous face à une nouvelle donne depuis que nous manipulons les forces virtuelles naturelles : le nucléaire et l’électromagnétisme avec les communications satellitaires et la fibre optique ?
Ce n’est pas une question vaine. Si les nouvelles technologies ouvrent la porte d’une dimension qui devait rester pour nous insensible et lointaine, tout le monde ferait bien de s’en rendre compte ! Peu de gens sont capables d’une mutation de son vivant. Pour la plupart des êtres, cette mutation, c’est la mort.
C’est donc un enjeu. Un combat à gagner.
De livres d’ufologues en sites sur le web, se déclinent les souffrances et la solitude de ceux qui ont été confrontés à un contact extra-terrestre.
Les dialogues entre amis révèlent aussi que la plupart des gens pensent que la Terre est visitée par des vaisseaux spatiaux habités d’êtres intelligents.
Au milieu, se trouve un grand désert. Lisez le Monde, l’Express, regardez TF1… Nulle part vous ne verrez ces problèmes abordés.
Les « contactés », les « abductés » sont le tiers-monde du XXIème siècle.
L’on en a honte comme d’un parent pauvre qui verrait des lumières dans la nuit. L’on en parle entre soi, mais jamais sur la place publique.
Croyez-vous que Sakharov, que Nelson Mandela ont attendus qu’il n’y ait plus de Confidentiel Défense, de Secret d’État pour se battre contre l’indifférence ? Et ne sommes-nous pas nous-mêmes responsables de cette chape de silence qui s’est abattue sur un sujet qui, pourtant, nous concerne tous ?
Des vaisseaux sont bien vus mais l’on n’ose pas le communiquer à la population.
Que le contact soit positif ou que les gens tombent malades, soient persécutés d’une manière ou d’une autre, cela ne relève jamais de la Santé, du Droit ou des faits divers.
Comme si le monde avait décidé de rester aveugle sur un drame qui le dépasse.
Pas sûr que le XXIème siècle puisse se contenter longtemps de ce comportement.

__________________


C'est la fin des derniers grands froids. Les glaciers fondent, la mer monte, les déserts reculent, il pleut beaucoup. Les imposants mastodontes disparaissent et, avec eux, des espèces entières d'hominidés. Cent millions d'individus progressent partout dans le monde.
Le plus important se passe dans le Croissant Fertile, là où les premières grandes cités sont construites, à Sumer et Jéricho, là où s'organisera un type humain qui saura cultiver ses terres, organiser son administration, son commerce et sa monnaie, dormir sous son toit et lancer les grandes migrations qui ensemenceront l'Europe.
La vallée du Nil devient habitable et l'Angleterre une île tandis que la mer du Nord se précipite dans la Baltique. Surgissent alors, nouveaux, les mégalithes de Carnac. Les Cyclades sont colonisés. En Mésopotamie, l'on commence à écrire et l'on invente à peu près tout, dont l'astronomie et les mathématiques, rien que ça!
Puis l'activité solaire baisse. Du moins, c'est ce que l'on en sait. Lorsque s'installera enfin un climat subboréal plus tempéré, l'Afrique deviendra définitivement aride pendant que se reconstitueront les glaciers des deux Pôles. 
Des villes bordant le Nil sera alors construit l'Ancien Empire Égyptien. Sa longue épopée disparaîtra dans le chaos sanglant et la dislocation du pouvoir central. Une épopée dont l'étrange influence perdure à travers les fascinantes et invraisemblables pyramides de Gizeh...
Un extraterrestre au milieu des hiéroglyphes
Nous sommes au Néolithique. Ce n'est même pas encore l'Antiquité. Tout est rudimentaire et trois tyrans vont martyriser leur peuple sur tous les plans: "Les pharaons réduisirent le peuple à la misère. Ce fut une période sinistre pour l'Égypte qui les haïssait. /.../ D'après Hérodote, Khéops n'hésita pas à asservir son peuple pour construire la grande pyramide. Cent mille hommes se seraient ainsi relayés tous les trois mois pendant 10 ans pour édifier la chaussée de dix-huit mètres de large qui relie le Nil au plateau, puis pendant vingt ans pour la pyramide elle-même. /.../ La main d'oeuvre est réquisitionnée par conscription pour la corvée." 
Il faut dire que cela continua sous le Nouvel Empire, plus de mille ans après et que le sort des artisans n'y était guère meilleur selon Diodore de Sicile : "Les rois d'Égypte envoient dans les mines d'or des déserts de Coptos ou de Nubie les malfaiteurs condamnés et les prisonniers de guerre, ainsi que les victimes de fausses accusations ou que l'on a arrêtées à cause de leur dangereux comportement. Tous les ouvriers sont des esclaves enchaînés. Ils portent tous des fers aux pieds et doivent travailler sans arrêt. /.../ Là il n'y a ni indulgence ni ménagement à l'égard des malades, des faibles, des vieillards et des femmes fragiles. Tous doivent travailler sans arrêt, sous la contrainte des coups, jusqu'à ce que la mort mette fin à leurs misères et à leurs tourments."
Un extraterrestre filmé de nos jours.
Selon un texte écrit par un égyptien lui-même: "Le tisserand est dans son atelier. Il se sent plus mal que la femme qui accouche; ses genoux sont à la hauteur de son estomac et il ne peut plus respirer. S'il reste une journée sans tisser, il reçoit cinquante coups de fouet. Il doit donner un pourboire au portier pour qu'il lui laisse voir la lumière." La vie des paysans de la Vallée des Rois n'était pas plus enviable: " /.../ C'est alors que le scribe débarque sur la rive; il vient collecter la taxe sur la moisson accompagné de gardes armés de bâtons et de nubiens portant des branches de palmiers. Ils disent: "Donne le grain!" alors qu'il n'y en a pas. Ils battent le cultivateur qui se retrouve ligoté et jeté dans le puits, la tête en bas. Sa femme est garrottée sous ses yeux, ses enfants sont attachés. Ses voisins l'abandonnent, s'enfuient et leur grain avec /.../." (Textes entre guillemets tirés d'"Images de la vie quotidienne en Égypte au temps des pharaons" de Guillemette Andreu du Musée du Louvre, enseignante à l'école du Louvre et professeur de hiéroglyphes à l'Institut Khéops, éditions Hachette).
Une soucoupe volante figurée en pleine Antiquité égyptienne
Ces pyramides, comme ce qui reste de la civilisation sumérienne, sont sinistres en réalité et il n'y a que la beauté des couleurs naturelles du paysage qui les sauvent. L'on peut s'étonner, sachant ce qu'elles représentent de souffrances, que tant de gens les aient choisies comme emblème de leurs activités!
Des grandes pyramides égyptiennes de Khéops, de leurs sommets d'or fin disparus, nous restent beaucoup de choses et d'abord le symbole sumérien de l'oiseau aux ailes déployées, de l'aigle si vous voulez, que l'on
Un vaisseau spatial et l'un de ses occupants à notre époque


retrouve dans l'univers extraterrestre comme un étendard offert à notre grossière compréhension, comme l'emblème ironique flottant dans l'avant-poste d'un vaisseau spatial et de ce monde extraordinaire d'où vient le disque flamboyant et que nous n'avons su à peu près figurer qu'avec nos animaux grossiers, les seuls à s'élever. Cette concession faite au fruste qui ne peut envisager de l'espace que son environnement ordinaire se projetait jusque sur mon ordinateur, à Nice, au XXIème siècle.

Shamash, le "dieu" solaire sumérien dont les ailes figurent, 
dans d'autres savoirs, le vol d'un vaisseau spatial
Mais si j'ai choisi d'évoquer un peu l'Antiquité, c'est parce que quelque chose de l'époque semble ressurgir soudain dans notre questionnement sur le monde. Peut-être...
Et cette question, c'est celle du réchauffement climatique.
Je pense avec autant d'enthousiasme que les autres qu'il est grand temps de changer nos modes de vie et d'arrêter de défigurer la planète avec les gaz d'échappements et les océans avec des bouteilles en plastique! Je signe régulièrement les pétitions de Greenpeace et trouve intéressante les idées du Pacte Finance Climat
Le problème du réchauffement climatique ne me paraît pas si simple et, d'évidence, bien des avis divergent sur ses causes réelles.
Écoutons quelques personnes qui semblent s'y connaître en la matière:
"/.../. En simplifiant, l'on peut dire que ce sont en premier lieu les modifications de l'orbite terrestre qui ont été responsables des changements de température au cours des 800 000 ans précédents et ce sont ces modifications de température qui ont introduit la modification de la concentration en CO2, pas l'inverse. Les causes des glaciations et déglaciations sont bien d'origine astronomique et non-anthropique. Dans les centaines de milliers d'années passées, les moteurs des changements de température ont été des phénomènes astronomiques liés au soleil.
En résumé, dans les temps historiques, l'irradiance solaire a augmenté, plus de chaleur a donc atteint la Terre; la température de la planète a donc augmenté aussi, en réponse, les océans de la planète et la biosphère ont produit plus de CO2, lequel a contribué à augmenter l'effet de serre." (Olivier Berruyer Les Crises.fr)
Il n'est pas question, bien entendu, de nier les conséquences sur la planète de nos propres comportements et Olivier Berruyer le détaille par ailleurs mais il se pourrait tout de même que nous ne soyons pas entièrement responsables du réchauffement actuel. Au dernier Petit Age Glacière médiéval, suivi d'un réchauffement qui aida la civilisation à repartir et s'expanser vers la modernité que l'on connaît, il n'y avait pas de voitures ou de grandes industries polluantes. Ce sont manifestement des cycles naturels à la Terre.
"Le CO2 suit les changements de température. Il ne peut pas les produire. Le climat change, oui. Mais ce n'est dû que pour une infime partie au dioxyde de carbone. L'acteur principal du changement, c'est le Soleil. Le gaz à effet de serre le plus important est la vapeur d'eau!
Les variations du climat sont déterminés par la position de certains corps célestes et plus particulièrement du Soleil. La forme de la course de la Terre autour du Soleil change environ tous les 100 000 ans. Elle est parfois circulaire, parfois éliptique. À cela s'ajoute l'inclinaison de son axe qui se modifie aussi tous les 40 000 ans. Ces mouvements, qui se font par rapport au rayonnement lumineux solaire, entraînent d'importantes variations du climat.
Les scientifiques prouvent que les changements climatiques avaient lieu sur des périodes de dix ans  à l'époque de Néandertal! Des périodes de froid et de chaud se succédèrent à une vitesse phénoménale. Néandertal mourut de faim car les animaux qu'il dévorait disparurent avec lui. Apparut alors l'homo sapiens qui survit au dernier millénaire de la période glaciaire.
Cette activité magnétique solaire est en lien direct avec la température terrestre. Le rayonnement galactique cosmique, qui influe sur notre atmosphère, pourrait être aussi responsable des changements dans la couche nuageuse. En outre, notre galaxie comporte des bras spiraux. Tous les 150 millions d'années, quand on traverse l'un d'eux, la température baisse d'environ 10°. En-dehors du bras, il fait plus chaud.
Au Néolithique, en raison d'une forte inclinaison de l'axe de la Terre, le rayonnement solaire est particulièrement élevé dans l'hémisphère nord. La fonte des neiges et des glaciers produit un blocage du Goldstream. La mer monte inexorablement. C'est le Déluge. C'était il y a un peu plus de 5000 ans. Puis l'axe de la Terre s'est redressé. Tout le monde se dirigea alors vers le Croissant Fertile. Les grands peuples se développèrent sur cette même ceinture climatique.
L'adoration du dieu Soleil n'empêcha pas les périodes de terrible sécheresse. 1200 ans avant Jésus-Christ, ces grandes civilisations disparaissaient les unes après les autres. Les réfugiés climatiques déferlent sur le Nil et la Bible nous parle de ses Sept plaies. L'Égypte s'effondre.
500 ans avant notre ère: nouvelle phase climatique. Rome s'épanouit dans toute sa splendeur.
(Sources scientifiques tirées du documentaire "Quand le climat écrit l'Histoire". Réalisateur: Sigrun Laste. France 5).

(Page en cours de réalisation. Merci pour votre patience)















Commentaires